Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

L'étranger

     L'étranger

 

Il est banlieusard.

Il n'a pas choisi, ces villes prisonnières,

de vivre entre ces pierres.

Un jour, il a fait le choix, bizarre.

De devenir un marginal,

un étranger sur sa terre natale.

 

Il voyage, de ville en ville,

de village en village, l'étranger.

C'est un homme libre comme le vent.

Tranquille, il va où bon lui semble,

du nord au sud, l'étranger.

De paris à Montpellier.

 

Être étranger, dans son pays.

Insolite, pas ordinaire comme lui.

Il est un voyageur de mille et une nuit.

Il marche, s’arrête, reste une nuitée.

Puis repart vers d'autres horizons.

L'étranger, il l'a choisi, elle, la liberté.

À l'autre vie, cette prison bétonnée.

 

Il est libre, comme un oiseau.

Il voit ce beau pays, merveilleux.

Lui l'étranger, sans pinceau.

Avec ses gestes et ses yeux.

Comme un poète, en silence,

Il met en images, la beauté,

des paysages de sa belle France.

Il est un vagabond, d'ici et là,

il n'a pas de lien, c'est comme ça.

Il a tout effacé de son passé.

Sans papier, il est L'étranger.

 

Ainsi, son nom est Personne.

Adieu monsieur Peterson.

Son amie, c'est sa liberté.

Le cœur migrateur, il est heureux.

L'étranger.

Aimer sans attache, l'amour chassé-croisé.

Laissant derrière lui des souvenirs.

Quelques fois, une larme, un cœur brisé.

C'est comme ça, il s'en va, l'étranger.

Il n'a pas d'avenir.

Ne cherchez pas à le retenir.

 

Il vie au jour le jour, l'étranger.

Sa vie est libre, ici et là.

Sans livre, sans bible.

Juste son cabas.

Comme un escargot,

il porte sa maison sur son dos.

L’étranger et sa liberté,

plus jamais, ils ne se sont séparés.

Le savez-vous, l'étranger,

c'est un évadé, de la prison des cités.

 

                  Béatrice Montagnac



03/07/2017
13 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 49 autres membres