Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

La margelle de l'aube

963 appréciations
Hors-ligne
La margelle de l’aube

Mes râles de volupté résonnent encore en notre borde,
et par delà les bocages, les chemins creux, les montagnes,
et les océans,ô ma Sirène, ma Vénérée, toi,
ma prêtresse de Sappho qui m’as éveillée à la Vie, et à la sensualité,

je n’étais avant de te connaître qu’une humble paysanne
destinée au mariage et à l’entretien d’un époux violent,
mais je t’ai rencontrée, et depuis lors, poétesse de Lesbos,
je respire à tout instant les délices de l’impudeur.

La margelle de l’aube se lève dessus les ciels d’azur du Maine,
et notre couche ravagée par nos joutes,
les rayons illuminent la splendeur de mes seins lourds,
et l’hermine de mon Étole-pétales,

non loin de moi, gisent sur un fauteuil ma robe,
et mes bottines que tu m’as ôtés hier, à la brune,
les ifs et les chênes tanguent sous le souffle derrière notre vitre,
parfois les vaisseaux des oiselles et des nuages

griffent les solives du zénith, mais je n’en ai que faire,
car seul compte dorénavant pour moi la satisfaction de mes sens.
J’ai tant besoin de ta Lumière, avec toi,
ma Chair s’exaspère et m’enivre, je me complais maintenant

dans la nudité, je ne porte plus désormais de soutien-gorge,
et de culotte, trop contraignants, je leur préfère des bas de soie
tenus par des porte-jarretelles, ô mon divin tourment.
Je lis dans l’émeraude de tes iris, ô ma banche douceur,

l’envie de goûter ma Chair si pure et si belle,
mets fin au glaive de mon tourment, dès ton réveil,
saisis-moi, emmène-moi les cheveux épars,
dans l’empire du sexe lesbien, je t’en supplie, 

laisse-moi hurler les sanglots de mon rut,
pour atteindre pour un temps l’archipel de la Jouissance,
avant de recommencer, rien n’est plus magnifique
en l’Univers que la Grâce de ma féminité !

Sophie Rivière


Dernière modification le samedi 19 Janvier 2019 à 15:11:30
sophie rivière

85 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Sophie, une poésie écrite comme un récit tel un aveu, du désespoir né enfin un l'amour si beau entre deux êtres destinés à se rencontrer sur la route rose du bonheur sans tabou de deux femmes éprise de liberté sensuelle 

Doux et bon weekend je vous embrasse mes amitiés à vous trois
Béa
Béa

963 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Béa,
je te remercie très vivement pour la joliesse de ton commentaire.
Tu as raison, il s'agit bien d'un aveu, celui de mon amour éperdu
pour Claire, pour sa Chair si pure, sa sensualité, et pour la splendeur
de son immense tendresse.

Préviens-moi quand tu auras ton dernier livre de poésie. Mon oncle,
Claire et moi, avons hâte de le lire.
Bonne journée. Bises.
Sophie
sophie rivière

28 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Sophie, Ce joli texte me rappelle en mémoire le fait que j'ai écrit autrefois un poème à la manière de Sappho... en vers de treize pieds... pour rendre hommage à la poétesse qu'elle fut.

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 62 autres membres