Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

Nelson Mandela Nobel de la paix

                    Nelson Mandela Nobel de la paix ( Acrostiche + prose)

 

Naissance d’un géant en mille neuf cent dix-huit
E
mblème de la liberté encore aujourd'hui
L
uttant pour l’égalité raciale et ses valeurs
S
on combat jusqu’à sa dernière heure
O
n le condamna à la prison à vie, mais !
Non,
il n’a jamais abandonné son pays

 

Mondialement admiré et respecté

Adulé par le peuple africain en unité

Nombreux furent ses adversaires

Droit et noble il pardonna à ses geôliers et ennemis

Entre la haine et l’amour, il a privilégié le verbe aimer

Lui, il était de toutes les batailles

Abolir pour toujours l’apartheid

 

Négociateur sans violence

Ouverture vers la voie de la délivrance

Beaucoup de courage et de volonté

Emmena le peuple vers la liberté

L’égalité de toutes les communautés

 

Durant vingt-sept années, derrière les barreaux

Emprisonné, il a continué ses combats, jamais sur le carreau

 

La paix entre noirs et blancs

Aimez-vous les uns les autres sans faire semblant

 

Partisan du peuple défavorisé

Accomplissant un rêve, la chute de l’apartheid

Identité d’un grand sage

XXL, l’âme de la sagesse

 

Nelson Mandela à jamais dans les mémoires

 

Une guerre qu’il dénonçât comme une injustice.

Hélas il y eu des victimes,

il a déploré toutes ces barbaries.

À bout de bras, il a mené ses combats,

dans la conviction de la non-violence ici-bas.

Il était un pacifiste qui voulait gagner sans sacrifier

Mais la mort, il l’a côtoyée et il en était attristé.

Condamné emprisonné,

il a pourtant accordé le pardon à ses ennemis.

Une belle leçon de vie. Pour tous.

Un grand homme, un grand sage

qui fit de ses adversaires, ses allies

Icône de la paix dans le monde, un beau message.

On n’oubliera jamais ce grand non relié à la paix.

Qui a sacrifié sa vie pour son pays.

Sa mort nous a tous attristé,

Ô, combien de larmes ont coulé.

Un hommage mémorable fut rendu.

À un des plus grands hommes,

que le monde n'a jamais eu.

Merci monsieur Mandela.

Ô, comme j'aurais aimé vous tenir la main-là.

Mais hélas, ce rêve ne serra pas pour demain.

 

                      Béatrice Montagnac 



17/09/2016
21 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres