Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

L'hiver nu

             L'hiver nu

 

Dehors, le froid est mordant

Même si parfois l'hiver est doucereux.

Les jours, les nuits engloutissent les malheureux

Qui s’enlisent dans les sables mouvants.

Ils n'ont qu'un carton comme maison,

Ils sont comme un arbuste sans fleuraison,

des hommes sans nom

 

L'hiver nu,

Souffle un vent glacial sur leur visage.

Plus personne ne dépose un baiser

Sur leur peau gercée.

Personnes à qui parler, pas un message ;

Ils ont oublié les mots, le son d'une voix.

Seulement le silence leur renvoie

Les ténèbres de l'exil.

 

L'hiver nu,

Sur la neige des pas dessinent

Des empreintes venues de nul part,

Des gens qui ne savent pas où ils vont.

L’horizon à l'infini de toutes part ;

Rien, juste cette route qui n'en fini pas.

 

L'hiver nu,

des âmes errantes, des visages baignés de l'arme,

Des corps vides privés de tendresse,

Plongés dans la détresse,

Parce que le monde tourne avec les armes,

Sans âme sous la soumission et l'argent,

Fermant les portes à la richesse du cœur, écœurant.

Hélas, l'hiver reste de glace sur la porte d'en face.

Même si ; parfois, la température est douce sur la place.

Le baromètre des grands hommes est de glace.

 

             Béatrice Montagnac

 

 



29/09/2017
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres