Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

Vingt ans plus tard suite 15

 

                     

 

                            Vingt ans plus tard suite 15

 

En France

 

L'homme de main du procureur arrive à Paris seul en avion privé, car la compagnie aérienne de Cuidad Juarez, il n'avait pas de départ avant une semaine et de toute façon il a rendez-vous avec Martin Cordommier dans un hôtel parisien, demain, le vingt-neuf août. Puis pas besoin de le faire évader comme convenu, le tueur a pris les devants, il n'a pas attendu l'aide des hommes d'Adrien, cela explique que Antonio Marièze soit venu sans escorte.

Antonio va loger chez un ami français mafieux de surcroît. Martin de son coté méconnaissable, (les cheveux blanchis, le regard encore plus pénétrant et quelques rides qui ne gâche en rien sa beauté sauvage), va dormir chez sa maîtresse du moment.

 

Au Mexique

 

Maria se promène dans la galerie marchande de Juarez. Elle ne passe pas inaperçu, les hommes se retournent sur son passage, elle s'en fou littéralement, elle a d'autres chats à fouetter et aussi profité du beau temps chaud.

Elle observe un couple qui parle aux gens et prend des notes, l'homme est plutôt beau, elle, elle n'est pas mal, mais ….

Elle écoute un brin de leur conversation avec une dame.

– Madame vous souvenez-vous de Joël et son petit garçon Justin Frimax ?. Dit l'homme.

– Oui bien sûr Monsieur, l'enfant était bien charmant, son père je ne pourrais en dire autant. C'est une bien triste histoire, n'est-ce pas leur assassina.

– Oui, je suis là pour ça. Je reprends l’enquête avec la charmante personne qui m'accompagne, ci vous vous rappelez quelque chose même infirme, c'est important.

– Oui, à l’époque Joël fréquentait un mafieux, le frère de sa femme, je n'ai plus eux de nouvelle d'elle depuis le drame. Vous savez à mon âge ! Et cela remonte à vingt ans. Je me demande ci, je la reconnaîtrais.

– Voici mon numéro de téléphone, Madame.

Elle prend le papier et lui souris.

Alban se retourne, regarde Justine, elle en tous les cas semble bien reconnaître la veille dame.

Soudain, une femme lui rentre dedans en regardant en l'air.

– Mais vous pouvez pas regarder devant vous ? Lui dit-il sans lever la tête.

– Monsieur je suis désolé, la décoration est magnifique ici.

– Mais, j'en ai rien à foutre de la déco, regardez mon dossier est tout éparpillé. Il daigne enfin la regarder et stupeur, cette femme sort vraiment de l'ordinaire, rien n'avoir avec les filles du pays.

– Heu, je peux vous aider ?

– Non, non, ça ira bien, Justine vous pouvez m'aider ?

– Oui Alban, voilà votre chemise les papiers sont maintenant en place.

– Merci.

– C'est votre femme ? Demande la fille tête en l'air.

– Non et de quoi je me mêle et vous, vous êtes qui déguisée comme ça ?

– Non, mais, je m'habille comme ça me plais, non. Mon nom est Maria, je suis une touriste, et vous ?

– Alban détective priver, ha, oui, elle, c'est Justine, je travaille pour cette dame.

– OK, bon, moi je dois aller, faire mes emplettes.

– Bon vent et faites attention fagotée comme vous êtes, ici c'est pas prudent vous savez, cacher un peu plus votre anatomie, lui dit Alban en souriant.

Le détective et Justine laissent la délurée, là en plan, ils ont à faire, puis demain Alban ira sur le lieu de l’assassinat de Joël le mari de Justine.

En cours de route, ils interpellent d'autres personnes susceptibles d'avoir connu le couple, cela n'a rien donné de concert pour l'instant.

Ils rentrent donc à l'hôtel, dînent, discutent de tout et rien, demain sera un autre jour. Alban a rassemblé toutes les informations récoltées cette journée.

Justine, dans sa chambre va se doucher et se coucher, le sommeil tarde à venir, elle pense au détective qui est judicieux et pointilleux, ses questions sont posées minutieusement.

Alban lui après sa toilette, a allumé la télévision, il écoute les informations et tombe des nus, il apprend l’évasion de son ennemi juré.

« Bon il ne manquait plus que ça, pas de panique ce fou ignore où je suis ».

Il éteint le poste, puis va étudier les nouvelles infos recueillies pour son enquête. Tout de même, quelque chose le chagrine et perturbe sa concentration.

 

                                            Béatrice Montagnac

 

   



16/01/2018
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 57 autres membres