Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

Vingt ans plus tard suite 16

 

 

                            Vingt ans plus tard suite 16

 

Alban va instinctivement prendre sa veste et fouiller les poches, bingo, il y a un petit mot de Maria.

Hôtel Maria Bonita à quinze minutes d'El Paso ZOO. Texto code MRA avec de différents numéros de portables jetables, indice à suivre, pour m’appeler ou me répondre après envoi du message. Discrétion pour le travail, le reste comme tu l'as constaté, je m'amuse. Je t'aime.

« OK ma belle ça marche », dit il après lecture.

Il ne peut donc pas la prévenir de la mauvaise nouvelle, pour le moment.

 

En France

 

Antonio et Martin se rencontrent donc dans un Hôtel de petite facture. Sans se dire bonjour, ils se mettent à table.

– Salut Antonio, Ho ne me demande pas comment je me suis évadé, ça, c'est mon affaire, passons au fait. Vous voulez vous servir de moi, pour détourner la vérité dans une enquête, au Mexique, c'est cela, bien alors dites-moi tout.

– Voilà, un détective privé a rouvert une affaire vieille de vingt ans le meurtre du mari et de son fils à Justine Frimax, nous ne souhaitons pas qu'il découvre le meurtrier et qui était l'homme assassiné.

– À très bien, seulement moi je dois connaître la vérité pour faire ce sale travail, vous me donneriez un faut passeport, et pourquoi pas celui du mort tiens.

Il se met à rire.

– Vous savez pour le passeport on a tout prévu, puis les instructions c'est le procureur qui les donnera.

– À bon, mais mon petit je ne fonctionne pas comme ça moi, vous me dites à qui j'ai a faire et je décide d'un plan à suivre, bien sûr ensemble avec ?

– Adrien Santhanio, son véritable non Alexandro Pradays demie frère de Justine, il a tué le vrai procureur et pris sa place, il est aussi impliqué dans le meurtre de son mari. C'est un ancien mafieux qui travaille discrètement maintenant dans le milieu, vous comprenez.

– Oui très bien cela me plaît, mais je suis sorti de prison pour autre chose, c'est la raison pourquoi je vous ai pas attendu, mon but est de détruire celui qui m'a jeté en prison, Ho il avait raison, mais !

– Je sais, nous savons pour vous et Alban, c'est pour cette raison que nous voulions vous faire évader, je me doute bien, que pour vous que c'est une bonne surprise.

– À bon expliquez-moi, au fait qui est ce détective.

– Alban Salamandre, justement et il est renommé, pour être un des meilleurs et il est futé.

Martin fait de gros yeux et dit.

– Sapristi si je m'attendais à cela, ouah, alors là merci mille fois. Il sourit.

Antonio le regarde avec le sourire jusqu'aux oreilles.

Martin poursuit.

– Bien mon cher écoutez-moi bien. Il me faut une photo, du défunt vieillit de vingt ans, un passeport à son nom, tu préviens Adrien de mes exigences et c'est non négociable, nous aurons tous à y gagner. Car vois-tu, Alban, c'est mon homme et je rêve de le rabaisser plus bat que terre, le tuer ne m’intéresse plus, c'est bien plus... Bon, j’attends la réponse de votre supérieure ce soir, demain, débrouille-toi, nous partons pour le Mexique.

– OK, j'ai les billets pour demain, départ en fin de mâtiné, j'appelle tout de suite le procureur.

Il téléphone et raconte son entretien avec Martin, Adrien donne le feu vert au tueur, le procureur avait déjà sa petite idée du déroulement, en raccrochant son portable, il est au ange.

Antonio, dit à Martin.

– OK, ça marche, Adrien était content, hum, comme ci, il se doutait de votre proposition, bravo. Pour le passeport, je l'ai, il est dans une enveloppe fermée, je pense qu'il est au non de Joël le défunt.

Martin vérifie, il est satisfait.

– Comment allez-vous faire, en si peu de temps pour ressembler à la photo sur le passeport, décidément le procureur s'est bien renseigné sur vous, pour connaître vos intentions, bon je l'ai aidé, mais je ne pensais pas qu'il serait si près de savoir, enfin.

– Mon cher, ne penser pas, c'est tout, il est plus malin que vous et moi si je m'attendais à cela et que demander de plus, c'est le pied. À oui ne vous inquiétez pas mes amis qui m'ont libéré, ont le matériel nécessaire pour mon déguisement, puis dit à Adrien de contacter un bon chirurgien pour la transformation définitive, à moins qu'il est prévu cela aussi, hum, je crois que nous allons bien nous entendre.

– Je pense que oui, vu que les papiers sont déjà fait comme vous le désirez.

– Demande-lui quand même avant demain, d’accord.

Antonio, rappelle le procureur, qui lui confirme, qu'il avait prévu cette éventualité

 

                                  Béatrice Montagnac      



22/01/2018
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 54 autres membres