Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

Vingt ans plus tard suite 23

 

 

                    Vingt ans plus tard suite 23

 

Martin est bien installé chez Adrien. Il se repose avant de mettre au point une dernière fois son plan avec le procureur.

 

Alban est de retour à l'hôtel, il rentre dans sa chambre avec discrétion, s'assoit sur le lit, il soupire et se relève. Il prend son ordinateur, regarde l'heure, il est une heure quinze du matin.

Il fait des recherches sur d’éventuels articles de l'époque au moment des faits et bingo, il tombe sur des photos prises de la scène de crime, franchement, il y a de quoi se poser des questions. Joël est vraiment méconnaissable, il avait bien une chaînette avec un médaillon au cou.

« Bon, cela peut avoir deux cas de figure, soit c'est un vagabond à qui on a mis les affaires personnels de son mari ou c'est peut-être lui, mais dans le premier cas, que lui est-il vraiment arrivé ? ».

Il regarde une dernière fois l'image et remarque deux détails forts intéressants et cela confirme sa première hypothèse.

Il se lève sort de sa chambre, va à la porte de Justine et regarde l'heure, pas vraiment une heure pour la déranger, donc il retourne sur ses pas et rejoint sa chambre.

« Demain faut absolument que je lui parle, aujourd'hui, avec du recul elle pourrait bien douter et cela me porterai à penser à quelque chose de  beaucoup plus dangereux et grave ».

Il va se coucher tout habillé sur le lit et sombre dans un sommeil agité.

Le lendemain, Alban frappe à la porte de la chambre de Justine, elle lui ouvre, le fait entrer.

– Bonjour Alban, je suis prête pour le petit-déj.

– OK, mais après, j'ai quelque chose à vous faire voir, une photo prise sur le lieu du crime prise par un journal indépendant et regardez bien, vous me direz avec franchise, ci aujourd'hui avec certitude que c’était bien votre mari, J'ai remarqué deux détails qui ont été ignorer.

– Très bien, pourquoi pas maintenant, faisons monter le petit-déjeuner, quand dis-tu ?

– Je ne demande pas mieux.

Elle prend son sac à main, ils sortent de la chambre, elle ferme la porte et ils vont de la sorte dans la chambre d'Alban.

Il va allumer son ordinateur et ouvre la page qu'il a mise dans ses favoris. Montre la photo à Justine, qui la regarde attentivement.

– Que remarques-tu ?

– Pour l'instant rien, Ah attend, ses chaussures sont lacets comme ci ont lui avait mise.

– Exacte, ce qui veut dire que cet homme à été habiller avec les affaires de votre mari, un clochard probablement.

– Alors, mon mari est mort ou vivant ?

– Je ne peut te répondre encore avec certitude, mais je pense qu'il est vivant.

Elle le regarde un peu déconcertée. Alban lui montre sur la photo Qu'il a agrandi, il apparaît un badge qui a été oublié, il dit.

– Lis bien ce qui est écrit dessus.

Elle lui répond.

– Soleil rouge de l'amour fécond, mais c'est quoi ça ?

– Plus je réfléchis, je vois un réseau un temple ou une secte.

– Quoi !

– Oui, voilà ma déduction, à l'époque, des enfants sont tués, aussi des disparitions de jeunes adultes à ce jour ils n'ont jamais été retrouver, Une enquête bâclée et votre frère un mafieux qui un jour disparaît et réapparaît maintenant, comme procureur, c'est une couverture irréfutable. Donc je pense qu'il est le dirigent de cette secte, des gens sont kidnappés pour s’accoupler et faire des enfants, ils seront tués pour leurs organes, la drogue comme je te l'ai déjà dit est une couverture, maintenant, il nous faut prouver tout cela et ce ne sera pas un jeu d'enfant.

Justine ne dit rien, elle comprend que son Cher frère est plus dangereux qu'elle le pensait.

Alban poursuit.

– Maintenant, il emploie un tueur redoutable, un homme qui veut ma peau, troublant n'est pas ? Cela va être une enquête très, très difficile, alors ?.

– Alors, pour mon fils, oui je continue avec vous, mon frère je m'en fous, je suis déterminée plus que jamais à poursuivre.

– À la bonne heure, je vais vous avouer une chose ou plutôt deux, je sais que tu es de mon côté désormais et la deuxième, la femme farfelue, que nous avions dernièrement rencontré et bien, c'est ma femme, je n'ai jamais divorcé, elle va jouer un rôle déterminant, elle a changer un peu ses plants, elle devait me séduire, mais cela lourait être trop soupçonneux, elle va charmer ton frère et le faire marcher, puis lui faire croire qu'elle aime les femmes, farfelue jusqu'au bout quoi.

– Ouah, là j'ai besoin d'un bon café calva, alors on n'y va en bas à la salle et vous êtes vraiment très fort.

– allons-y, après tout nous avons fort à faire, de plus que Martin entre en scène l'aventure ne fait que commencer.

 

 

                            Béatrice Montagnac



28/03/2018
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres