Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

Vingt ans plus tard suite 43

            Vingt ans plus tard suite 43

 

Il se repose durant deux bonnes heures, avant de se décider à aller voir l’ex tueur du procureur.

Il arrive à l'hôtel où doit se trouver Altarre.

Il entre va voir le réceptionniste et demande.

– Bonjour, je viens rendre visite à Altarre je crois qu'il est chez vous, non ?.

– Oui, Monsieur effectivement, votre non, s'il vous plaît.

– Dites lui, que c'est un ami d'enfance il comprendra.

– Très bien, je le préviens, une minute, vous voulez bien ?.

Martin lui fait signe que c'est bon.

L'homme revient et lui dit.

– Très bien, montez au deuxième étage et chambre soixante-six.

– Merci.

Martin monte à l'étage et frappe à la chambre d'Altarre.

– Oui, entrer.

La porte est ouverte, il entre et voir Altarre (un comédien déguisé à la perfection, qui travaille avec la CIA comme couverture).

– Ah, je suppose que vous n'avez pas tué, ce chez détective.

– Détrompez-vous, venez, je vais vous montrer quelque chose qui va vous rassurer, regardez ça, mon cher, peu n’importe qui vous êtres et quel est votre rôle avec le procureur, mais ce qui me chagrine c'est que vous doutez de mon travail, alors voilà.

Martin examine avec intention les photos d'Alban et Justine morts.

Les montages sont faits à la perfection avec des photos originales de leur véritable visage, la CIA recrute des agents qui ont différentes qualifications entre autres photographes experts en montage d'images pour film, court métrage, etc. ...

– Vous m'en voyez, vraiment navré d'avoir douté de vous, mais ? .

--Mais, quoi ?.

– Pourquoi êtes-vous parti, et avez vous démissionnez ?

– Oh, c'est simple, j'ai échoué avec le commissaire Juan et cela ne m'arrive pas en général, donc j'avais besoin de recul.

– OK, je vous crois, mais tachez de ne pas m'avoir doublé, sachez que je suis insistant quand je doute, que voulez-vous !.

- Oh je comprends, je suis moi-même un perfectionniste.

– Bon, je vous laisse, mais je reste encore un peu dans le coin, alors réfléchissez.

– Oh, je n'ai pas de bile à me faire.

– Vous deviez.

Martin quitte la pièce et laisse le faux Altarre dans sa chambre.

En sortant de l’hôtel, il marche un peu en pensant.

« Et ci, je me trompais ? Les photos étaient bien réelles et puis cette fille à l’aéroport, elle semblait effarouchée ou je lui plaisais, allez savoir ?.

Une bonne heure plus tard, il rentre à son hôtel, se douche, et il va à la salle du restaurant dîner et remonte dans sa chambre, il regarde la télé, puis il s'endort.

 

Au Mexique, le six octobre 2018

 

Adrien se lève la tête embrumée, son sommeil fut agité, il va dans la cuisine, en marchant tel un château branlant, il s’assoit et souffle un bon coup puis s’étire, et va après un cour instant, il va mettre la cafetière en route, se faire griller du pain brioché, puis éplucher une orange.

Le petit-déjeuner fin près, il mange le fruit, puis verse le café dans un bol, et tartine de confiture de fraises ses tranches de pain, les tempes dans son café et les savoures.

Une demi-heure plus tard il appel Maria.

Elle lui répond.

– Bonjour Adrien, je suis vraiment confuse pour l’autre jour, de vous avoir laissé en plan, vraiment vous étiez trop empressant, vous me plaisez, mais je prends mon temps, voyez-vous et puis il faudra que je vous dise quelque chose, qui va vous troubler, bon vous m’appelez pour un autre rendez-vous je pense ?.

– Heu, oui, oui, cela vous direz de manger au restaurant de la place du marché, pour me faire pardonner.

– Très bien Cher Adrien, on peut se tutoyer et soyez correcte ce coup-là. Dit-elle, d'un voix ferme.

Il se sent bête et bafouille.

– Heu, oui, je,je, je suis désolé, bon vers treize heures cela vous, heu, te vas.

Elle sourit et lui répond.

– Bien sûr j'y serais pour treize heures.

Elle raccroche et se met à rire de bon cœur, en pensant la tête qu'il fera, quand elle lui dira qu'elle aime aussi les femmes, pour le refroidir un peu.

Adrien, lui, il regarde son téléphone comme un insecte nuisible, il dit à voix haute.

– Qu'à t'elle à me dire ?.

 

 

                                    Béatrice Montagnac



30/10/2018
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres