Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

Vingt ans plus tard suite 5

      Vingt ans plus tard suite 5

 

– De toute façon on se retrouve demain à quinze heures à la gare du Havre, pour Paris, nous dormirons à l'hôtel près d'Orly, après demain départ pour le Mexique, six heures trente.

– Très bien, à demain, détective.

Elle lui ouvre la porte d'entrée et la referme derrière lui en faisant un signe de la main. Plus tard elle prend son téléphone fixe et appel au Mexique. Sans frais, puisque c'est son correspondant qui paiera.

– Allô, c'est moi Justine.

– Bonjour, alors tu as réussi à faire venir ce cher Alban.

– Oui, il va droit dans la gueule du loup.

– Très bien, bravo.

– Oui mais attention il est très pointilleux et observateur. Sa femme est profileuse, il a dû apprendre avec elle à observer les gens. En quelque sorte comme un mentaliste.

– A t'il des doutes ?.

– Non, mais il est septique à mon sujet et il a découvert, enfin, ta disparition.....

– Ah oui, non ça ce n'est pas grave, j'ai subi de multiples opérations suite à mon accident et je n'ai pas gardé mon vrai non, j’en porte un inauthentique et j'ai de faux papiers, jusqu'à la tout roule, comme ça depuis des années, et tu le sais bien.

– On arrive mercredi.

– OK, je me tiens près. Le procureur qui a accepté de rouvrir l’enquête est mort d'une crise cardiaque, (enfin, cela, ils l'ont bien gobé) j'ai pris sa place comme convenu et mon bras droit est un peu nunuche, une belle couverture, il fait tout ce que je lui demande, le con.

Ils se disent au revoir et elle raccroche, sourire aux lèvres.

« Oh non, je ne sais pas qui a tué mon mari et mon fils, mon frère lui le sait, c'est pour cela qu'il veut détourner le détective sur une mauvaise piste, et moi, j'emmène Alban là-bas aussi pour toute autre chose, il veut savoir, pour mon nom de femme marié, soit. Quand il le saura, sa vie sera chamboulée et alors il pourrait devenir bien trop curieux ». Dit-elle à voix haute.

Alban rentre chez lui, avec des milliers de questions en tête il va donc continuer à fouiner, après son déjeuner, qu'il prendra seul, Dorothéa ne rentre pas la journée. Après son repas, il est sur l'ordinateur. Il fait une recherche sur le nouveau procureur, intuition de flic.

« Quelque chose me chiffonne dans cette affaire. Tien ! Le nouveau procureur qui accepte de rouvrir le dossier a un nom totalement inconnu dans les universités mexicaines. À moins qu'il est étudié dans un autre pays ? ». Pense Alban.

Il tape son (Adrien Santhanio) …

« Ah! Il aurait étudié en France puis au Canada où il résida plusieurs années et plus de trace depuis dans le pays. Jusqu'à ce jour au Mexique. Bon, je resterais sur mes gardes. Je sais que là-bas, surtout à Ciudad Juarez, la ville maudite du pays. Meurtre, mafia, flics corrompus, etc., etc., etc. »

Alban poursuit dans ses pensées...

« J'aurai bien le temps durant le voyage de cuisiner Madame Frimax. Bon, je cherche encore dans le dossier de l’ancien magistrat. Ah, mais qu'est-ce qu'il est devenu celui-la ? Ben, j'ai du boulot.

 

Au Mexique

 

Le nouveau procureur est au ange, son plan semble fonctionner comme il le désire.

« Je vais enfin pouvoir détourner ce cher détective de la vérité et le mettre hors circuit. Ma Chère Sœur va brouiller les pistes. Elle ignore qui a tué son fils et son mari, mais elle sait dans quelle galère il s’était fourré l’imbécile, et cela, Alban ne doit pas le savoir. Mais quand il découvrira le nom du défunt, cela sera une autre histoire, bon, nous verrons le moment venu. J’espère que pendant le voyage, elle résistera à sa curiosité avec ses questions. Hé, de toute façon, je les attends de pied ferme. » Pense Alexandro Pradays alias Adrien Santhanio..........

 

En Normandie

 

Dorothéa rentre comme d'habitude du boulot.

– Bonjour encore une journée plan-plan. Dit-elle à Alban qui est plongé dans son ordinateur.

– Oh excuse-moi, comme tu vois, je suis très occupé, plus je cherche, plus ça me travaille. J'ai découvert que cet Adrien le procureur, il n'avait pas donné, signe de vie depuis pas mal de temps et boum, il est procureur au Mexique. C'est vraiment étrange, non ?.

– Hum, peut-être, il a fait quoi avant ?

– Étudier en France et au Canada où il était devenu substitut du procureur, puis pendant quelques années silence, radio.

– Tu devrais approfondir tes recherches ou contacter le tribunal où il a travaillé au Canada.

– Oui je pense et autre chose l’ancien procureur est décédé, d'une crise cardiaque, hum j'en doute, c'est instinctif. Madame Frimax avait un frère mafieux de surcroît. Tout cela me chiffonne, elle me cache beaucoup de choses, bon, je sais qu'elle ignore qui a tué son enfant et son conjoint, ça, je le sens, mais il y a autre chose, quoi ?.

– Tu sais, j'ai pris un congé sans solde avec les économies, je crois que ça peu se faire. Je partirais plus tard que vous. En touriste. Tu auras besoin de mes facultés, celles de me mettre dans la peau des gens. Oui, je sais, tu arrives à le faire. Mais.....

– Mais je …... Il en est pas question !

– Trop tard, mon chéri ! Chut fait moi confiance.

– Bien, sais-tu que cette affaire est certainement dangereuse.

– Oui, hé, on en a vu d'autres, non ?.

 

               Béatrice Montagnac

 

 

 



02/03/2017
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres