Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

Vingt ans plus tard suite 57

                    Vingt ans plus tard suite 70

 

Le procès de Madame Pardiyas et Ferdino dans environ trois semaines.

Marina se fait une raison après ce coup dur, grâce à Claudine, elle remonte la pente et est bien décidée de ne pas tomber encore sur ce genre de mec.

 

Au Canada

 

Alban reçoit un coup de fil de Juan.

– C'est moi, Juan, nous avons mis en garde à vu Adrien, Pour Kidnapping, enfin le faux enlèvement puisque nous savons que Cathia est complice, qu'elle fait partis du complot, nous avons les preuves, et nous travaillons pour prouver qu'il est bien le gourou de cette secte donc nous n'avons pas encore le nom puis le papier retrouvé et toujours en cour d’analyse, notre spécialiste n'a jamais vu ce genre d’écriture codée, et pourtant il en a décortiqué plus d'une mais celle-là mystère, puis tu sais quoi Martin alias Félix à disparu, je pense que Adrien est probablement le commanditaire, trop long à t’expliquer au téléphone et toi si tu as du nouveau, informe moi, merci.

– Et dit donc Juan, tu appelles au moment que justement je t'envoyais un mail, tu regarderas c'est fort intéressant, bon au vu des nouvelles que tu m’annonces, je me demande bien, ce qui se passe là-bas.

– Oui j'imagine, tu veux dire dans le désert de Chihuahua, hum Moi aussi que font-ils de tous ses gens qu'ils ont enlevés ?.

– Nous savons qu'il y a du trafic d'organes et d'enfants, qu'ils forment des couples pour les accoupler et donc leurs faire faire des enfants, et mes dernières recherches m'ont donné, de quoi avoir de sueurs froides. Dit Alban

– OK ; et ce serait quoi.

– Tout est dans le mail, par précaution, je ne peux te le dire de vive voix, même ci j'ai un portable jetable.

OK, j'irais voir, merci à toi.

– Juan, sois prudent, tu comprendras pourquoi.

Alban raccroche, et détruit le portable après avoir retiré la puce.

– Pourquoi tu retires la puce elle est elle aussi à détruire. Lui dit Maria.

– Je sais, mais... j'ai une petite idée.

– Ah, bon encore un de tes trucs informatiques.

– Oui, ma belle.

 

Au Mexique

 

Juan, lit ses mails.

« Et, ben il n'y a pas été de main morte, mais qui prouve que c'est lui le meurtrier, Ah oui et merde, ils ont retrouvé ses empreintes sur une manche de veste d'un des gamins et l'arme du crime enterré avec eux, mais pas d’empreintes sur le pistolet, curieux à moins que, bon de toutes façons, nous avons la preuve qu'Adrien est mort et que pour le faux, nous avons son vrai nom, bon ça on s'en doutait déjà, mais là, il y a preuves ». Dit-il tout haut.

Juan poursuit sa lecture et il sais qu'il a son troisième chef d'inculpation, il pense.

« Mais les objets réunis seront-ils suffisants ?. La justice est ci pointilleuse, même au Mexique, puis cet homme a les dents longues et sous son vrai nom, espérons qu'il ne soit pas protégé par un mandat diplomatique, car la, nous sommes dans la merde, je pense qu'Alban y a certainement pensé, et ce n'est pas tout, j'ai beaucoup de boulot avant le procès ».

Il ferme sa boite mail et fait des recherches approfondîtes sur (Alexandro Pradays) en remontant vingt ans plus tôt.

Avec un peu de chance, il trouvera le nom de la secte de l’époque pour avoir son nom actuel, et de trouver pour quelle organisation mafieuse, faisait-il partis.

Même ci d'autres explorations ont été faites, il tentera le tout pour le tout, avec les nouvelles technologies, donc une, qu'il a le secret.

Grâce à un nouveau logiciel des services secrets qui travaillent en étroite collaboration sur cette enquête.

Il prendra contact avec eux, discrètement.

Il appelle sa chienne.

– Rosette, viens ici, j'ai à te parler ma belle.

 

                               Béatrice Montagnac

 

 

 



22/01/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres