Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

Vingt ans plus tard suite 57

               Vingt ans plus tard suite 57

 

– Oui, c'est possible c’est un petit malin, il nous faut alors prouver qu'il est bien impliqué dans la disparition du procureur, encore faudrait-il aussi retrouver son corps, et où le retrouver ?.

– Le retrouver, ici bien sûr ! Mais où, ça, mystère ? Je pense aussi qu'il faudrait savoir où cette secte est aujourd’hui implantée, je sais une chose, c'est qu'elle doit toujours êtes dans le désert de Chihuahua et probablement sous terre.

– Aïe, cela ne sera pas facile, mais pour l'instant, nous sommes ici pour éclaircir un des maillons manquant de cette affaire.

– hé, tu te prends bien au jeu, cela ne te dit rien de changer de métier.

Elle hausse les épaules et ne dit rien.

Ils poursuivent les recherches et tombent enfin sur un dossier intéressant.

Alban le consulte puis chose invraisemblable, le document est incomplet.

– C'est pas possible, comment a t’ il a pu ?.

– Il a eu certainement des complices, qui l'ont aidé.

– Oui, tu as raison, dans la mafia, bien sûr, merde.

– Bon, cet avocat lui a t’il eu des infos ?.

– Peut-être, avec un peu de chance, remontons et attendons dans la salle d'attente du procureur, nous verrons bien ce qu'il a appris de plus, non ?.

Elle ne répond pas, elle le regarde avec une sensation étrange, puis elle ce ressaisie.

Sur son portable Alban reçoit un message.

– L'avocat est sorti, il nous attend.

– OK.

Ils sortent des archives à onze heures quarante-cinq et vont rejoindre, maître Alfroncia.

– Alors !.

– Allons, à mon hôtel, vous voulez bien.

– Bien, ont vous suit. Dit Alban.

Au Mexique, le dix-huit octobre à douze heures quarante-cinq.

 

Martin observe un couple à la terrasse d'un restaurant du centre-ville, Adrien et maria qui discutent de façon animé.

– Alors comme ça, tu m'annonces que toi et la patronne de l'office du tourisme, vous étiez amantes.

– Oui, enfin presque.

– D’accort, bon, maintenant qu'elle a disparue ?.

– Je ne sais pas, laisse moi du temps, bon et à par cela, comment vont tes affaires.

– La routine, pour l'instant.

– Ah, et cette disparition ne te concerne plus ?.

– Ci, ci bien entendu, le commissaire Juan enquête toujours ?.

– Oui, je n'ai pas de nouvelles pour le moment.

– Dommage, bon et ci nous allions au cinéma, histoire d'oublier un peu tous cela et puis j'ai besoin de me changer les idées, oh, amicalement, Chère Maria.

– Oui, hé, cet homme là-bas, il nous regarde avec insistance, tu le connais ?.

– Oh, un vieil ami, pourquoi pas le rejoindre, le ciné c'est dans trente minutes et il est à coté.

– Tu ne l'avais pas aperçu, avant ?.

– Non, occupé à te regarder.

– Hé, oui tiens donc.

Ils vont au-devant de Martin qui se prénomme maintenant, Félix Rivaux.

– Je te pressente, Félix un ami français de longue date.

– Enchantée, Maria je suis espagnol et allemande de père.

– Enchanté, installez-vous un instant, j'ai du travail dans dix minutes.

Au moment où il lui tend sa main droite, elle remarque l'indice primordial, cette minuscule tache brunâtre, le doute n'est plus permis, elle le confirmera à Alban dé que possible et discrètement.

Adrien et Maria s'assoient en face de Félix.

– Maria, si vous me le permettez ?.

– Pas de problèmes, Félix.

Elle pense.

« Polit avec ça cet homme est un vrai caméléon, attention un homme comme lui, ne peu pas changer, un tueur et un tueur, et une chance, il ne m'a pas reconnue, ma nouvelle apparence est une réussite, géniale ».

– Maria, vous êtes ici en vacance, curieux, non, cette ville est belle certes, mais dangereuse pour une belle femme comme vous.

– Oh, je suis une vraie aventurière et le danger me grise.

– Et toi, mon ami, c'est donc elle qui te fait tourner la tête, je comprends mieux, un canon, hé, alors vous allez faire quoi cet après-midi. Demande Félix.

– Allez au ciné, un film d'aventures avec Johnny Depp. Réponds t’elle.

– Très bien, je vous laisse, votre film commence bientôt.

Martin se lève, en regardant intensément Maria, puis s'en va.

À leur tour, ils se lèvent et vont au cinéma (le ciel-bleuté).

 

                      Béatrice Montagnac

 

            



22/01/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres