Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

Vingt ans plus tard suite 59

                  Vingt ans plus tard suite 59

 

– Oui, maître, je vois bien où vous voulez en venir, il a disparu, évaporé dans la nature ! Aucune recherche n'a été faite depuis ?.

– Si évidemment, mais vite abandonnée, pour eux il était au Mexique, pensez-vous le faux procureur a bien berné son monde, et il a trouvé une bonne place, pour continuer ses affaires louches sans s’inquiéter.

– Je vois, pas de corps et une affaire classée sans suite, hum... Et puis on le retrouve au Mexique, enfin ils n'ont même pas cherché à en savoir plus ? Curieux !.

– Non, Adrien ou plutôt ; Alexandro Pradays, les a convaincus, une manipulation bien huilée, et maintenant ?.

– Cher maître, j'ai vu dans le dossier de leur enquête, qu'ils avaient trouvé un corps calciné, et ils n'ont pas fait faire d’analyse ?.

– Nous y voilà, à l’essentiel, cela me chiffonne aussi, Monsieur Julien Cableaut. (faux nom d'Alban..)

– Moi aussi et justement je cherche à savoir pourquoi, et ci vous pouvez m'aider, je vous en serons reconnaissant et heureux de travailler avec vous.

– Nous aussi maître Rumanuel, vous devez savoir, Julien est un nom de couverture, ici nous sommes en privé et je sais qui vous êtes, je me suis renseigné, pendant votre entretien avec le procureur, comme vous voyez je n'ai pas perdu de temps, pendant que nous étions aux archives, je suis détective privé et j’enquête sur une affaire vielle de vingt ans, je vous faxerais les documents principaux et vous constaterez que cette histoire se regroupe en un triangle, et écoutez-moi bien.

– Je vous écoute.

Alban reprend son souffle et poursuit.

– J'ai appris tout à l'heure à la radio, qu'un magasin en Australie à été brûlé et qu'il appartiendrait à une personne qui elle, n'est pas inconnue des services de police, les employés à mon avis ne le savent pas, et justement votre cliente Marina, ex femme du faux procureur est une de ses employées, donc en elle est en danger, des investigations sont en cour pour définir le mot de la fin, accident ou incendie volontaire, puis je connais bien celui qui dirige l'affaire, il est tenace croyez-moi.

– Très bien, tout cela, je suis au courant moi aussi pour cet incendie, mais quel rapport avec votre affaire et celle-ci ?.

– Ne vous inquiétez pas, nous y arrivons, ma conclusion ; la mafia, une secte, des disparitions depuis une vingtaine d'années et parfois sous la forme de faux assassinats, pour brouiller les pistes, et le faux procureur qui est mouillé jusqu’au cou, le triangle le voici ; mon affaire est reliée à la disparition de la gérante de l'office du tourisme, qui en fait serait elle aussi impliquée, et puis surtout cette secte qui se serait reconstruite, donc Alexandro serait le gourou, et la patronne de votre cliente, connaît justement le faux procureur, alors tout ce petit monde ne nous facilite pas la tache, tous ont de fausses identités ou des noms d'empreints qui pourrait bien leur coûter cher un jour, nous tournons donc sur plusieurs affaires, qui au fait sont liées, entre l'Australie, le Mexique, voir le Texas et peut-être la France et l'Italie et cela met beaucoup de personnes innocentes en danger donc Marina, Maria et Juan, etc, puis vous-même probablement, la CIA est aussi sur l'affaire, alors…

L'avocat reste sans voix un instant, tout cela lui semble sorti d'un film rocambolesque.

– Cher Alban, quelle histoire, bon, je vous suis et désormais nous travaillerons ensemble, en dehors de mon métier bien sûr.

– Très bien, faites-vous discret, vous rencontrerez les personnes qui travaillent avec nous en toute discrétion.

 

En Australie

 

L'affaire est en cour, la patronne est malmenée par le commissaire, mais elle tient bon.

 

En France

 

Une enquête est ouverte, depuis l'évasion du tueur sanguinaire, Marin Cordommier, la police piétine.

 

 

Au Mexique

 

Martin ne chôme pas, il poursuit ses recherches sur Maria.

Adrien, lui est plutôt en colère, il fulmine.

« De quoi il se mêle donc celui-là, je ne l'ai pas fait venir pour s'incruster dans ma vie privée, bon, je vais lui dire deux mots, il commence à me taper sur le système ».

 

 

                      Béatrice Montagnac

 



08/02/2019
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres