Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

Vingt ans plus tard suite 74

                            Vingt ans plus tard suite 74

 

Sous les palmiers, sur le sable chaud et le son des vagues Marina et Claudine savourent ces instants de farniente indifférentes aux regards des hommes, elles papotent, cinéma, mode et surtout pas des hommes.

Quelques bonnes minutes plus tard, elles vont piquer une tête dans l'eau à vingt-cinq degrés.

– Ouah, elle est bonne. Dit Marina.

Claudine, ne réponds pas, elle nage avec aisance, comme un poisson dans l'eau, très bonne nageuse et la mer est plutôt calme ce jour-là.

Leur après-midi passe vite, elles rentrent à la maison d’hôte et elles vont prendre une douche, puis se restaurer en compagnie d'autre convives et passer une bonne soirée au grand air, aux festivités du coin.

Au Mexique, le dix-sept décembre

 

Alban, Justine, Dorothéa sont dans le bureau de Juan, en grande discutions, au sujet du procès de Alexandro Pradays.

– Le procès, commence dans trois semaines, c'est cela ?. Dit Alban

– Oui, et j'ai tout rassemblé dans ce dossier, jette s'y un œil, et ci tu penses que quelque chose cloche ou manquerait faites le moi savoir, demain le chef de la CIA veut nous voir tous ici.

– Très bien, avec l'avocat de Marina, « son ex femme, » nous avons aussi monté un dossier fort intéressant, je t'en ai déjà dit deux mots, au téléphone, regarde le et dit moi ci cela est assez solide, à mon avis il l'est, l'avocat l'a étudier et il a travaillé avec nous, normalement, tu devrais avoir là du lourd, au fait le, seul gros hic, nous devrions nous concentrer sur cette secte.

– Oui Alban, là on a effectivement un gros problème, nous savons qu'elle existe et nous avons son nom, mais où se trouve t'elle ?.

– Enterrée à Chihuahua, voilà ou nous devrions chercher, c'est une belle épopée qui nous attend tous, non ?. Dit Dorothéa.

– Et comment ferions-nous ?. Répond Justine.

– Nous mettrons cela au poing avec Pierre Wardouen le général de la CIA et ses hommes et comme vous le savez, il est possible que des actes illégaux soient mis à contribution. Dit Juan.

– Je sais cela ; j'ai travaillé avec lui et les fédéraux en Europe avec Dorothéa sur l’affaire Martin Cordommier, je vois de quoi tu parles.

– Et justement lui aussi il a disparu, et il est probablement prisonnier dans cette fameuse secte ? Enfin, tu es au courant.

– Je suis au courant, merci, quoi qu'il en soit, je crains ce que nous allons découvrir ou affronter.

– Oui, j'imagine et tu penses à quoi ?.

– C'est difficile à dire, j'ai, comme un drôle de pressentiment.

Ils se regardent à tour de rôle et Alban reprend.

– Nous devons rester prudent, ils vont sûrement designer un autre dirigent pour remplacer entre guillemet Adrien.

– Oui, ça c'est sûr et faudrait il s'attendre au pire ? Rappelez-vous du message sur mon portable. Dit Justine.

– Oui Justine, il faudra se préparer à toutes éventualités, il est donc primordial de les localiser, nous ne devrions pas perdre de temps. Répond Dorothéa.

Juan leur dit.

– Je vous vous propose donc, qu'avec un véhicule blindé de traverser le désert de Chihuahua et se mémorise des endroits ou quelque chose vous semblera différent ou anormal et le photographier, puis sur internet rechercher la ville et comparer les zones suspectes avec vos photos, je pense qu'avec une bonne observation on trouvera éventuellement un emplacement à explorer, moi je retourne avec Rosette à l'appartement de Jeanne Croqueville, c’est le vrai nom de Cathia, une ancienne prostitué, devenue passeuse d'armes au profit dans la mafia sous les ordres d’Alexandro Pradays et maintenant tentera t'elle de disparaître ? C'est une possibilité, tout devrait être envisageables, et je requestionnerai son adjointe de l'office du tourisme, Olivia Delcour, elle n'a rien avoir avec ça, mais le moindre détail, même insignifiant, qu’elle aurait pu constater, peut avoir son importance.

– Alors, au boulot, le véhicule est disponible, Juan ?. Dit Alban.

– Oui, il vous attend, juste un choses vous oublier que le général arrivera d'une minute à l'autre, ah, justement le voilà, il vous accompagnera, nous allons établir l’opération avec lui et commencer votre petite balade.

– Bonjour. Dit Pierre.

– Bonjour mon Général. Réponds Juan suivit d'Alban, Justine, Dorothéa.

– Tien, tien, comme nous nous retrouvons, vous êtes détective maintenant, et vous toujours profileuse ? .

– Oui, dans un commissariat en Normandie, Alban a son cabinet privé.

– En Normandie, charmante région, bien, je crois que nous avons du travail sur la table.

 

 

                           Béatrice Montagnac

 



06/06/2019
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres