Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

Vingt ans plus tard suite 75

 

                             Vingt ans plus tard suite 75

 

– Bon, je suis là maintenant, expliqué moi pourquoi un blindé, j'ai un satellite espion à infra rouge qui est opérationnel en ce moment sur cet état, et sur mon ordinateur avec un logiciel indétectable, j'ai toutes les informations qu'il vous faudra, mais j'ai ma petite idée de votre démarche.

Juan répond, donc.

– Oui, je sais que vous avez mis ce satellite en service pour nous, justement ce véhicule est équipé d'une camera qui serra reliée au satellite espion, et puis mes hommes pourront intervenir sur place rapidement avec vos espions, Alban et les filles, et les photos prenez les quand même pour le dossier et il ne serra alors plus nécessaire de chercher sur le net à moins que ?.

– Que quoi ?. Dit Alban

– Qu'ils aient pensé à tout, même à ça.

Le général se gratte le menton, d'un air pensif, puis il répond.

– Et tout de même, ils ne sont divins non plus, ou alors Alexandro les a informé que votre mort était du bluffe, mais de là à imaginer être espionné par un satellite de CIA , j'en doute.

– Sauf, ci ils ont des hommes espions invisibles dehors, et je pense qu'il y en a, donc toutes personnes qui nous semblera suspectes, nous devrons être prudents et agir. Dit Alban.

– D’au temps plus que ce Martin nous ne savons pas ce qu'il lui est arrivé.

– Oui, et il est fort possible qu'ils en fassent leur allié, bien sûr, ci il est là-bas, mais j'y pense le faux procureur l'aurait bien fait kidnapper pour justement en faire un adepte à leurs ordres. Lui répond Justine.

– Martin ! Alors là, ils vont avoir fort à faire, non ?.

– Oui, Alban, cela est bien possible, comment ? Hum ça je ne le sais pas encore. Dis Juan.

– Alors, on se bouge le cul est vite. Leur dis le général.

Il prend son ordinateur et clic sur le logiciel relié au satellite, qu'il partage avec l’ordinateur d'Alban pour le diriger vers l’endroit susceptible d'être l'emplacement de leur planque.

La petite troupe se prépare à partir.

 

 

En Australie, le vingt et un décembre

 

Marina et Claudine sont de retour, après leur séjour reposant.

Le procès en appel de leur patronne et de Ferdino, c'est dans deux jours. Elles comptent bien s'y rendre, en espérant qu'ils prennent une peine plus lourde ou égal. Pour le moment, elles vont se détendre en sirotant un thé vert aux agrumes.

– Marina, tu penses faire quoi après ? Il nous faudra retrouver un boulot.

Oui, oui je sais, ci nous cherchons un job plutôt dans une grande ville, Brisbane, Darwin, Melbourne, Sydney…

Oui, c'est une bonne idée et puis mon ex aussi est en tôle, alors où est donc le problème ?.

Tu as raison, c'est super, je connais bien Sydney, tu verras, tu t'y plairas, enfin nous verrons bien où il y aura du boulot, quel secteur tu cherches toi ?.

Peu importe, vendeuse, femme de ménage, j'ai aussi un CAP de coiffure et toi.

Pareil, sauf pour la coiffure, mais j'ai exercé le métier d'aide-soignante.

OK, alors ce soir, on cherche sur le site Internet de l'agence pour l'emploi et les petites annonces.

Elles boivent leur thé encore chaud.

Il est quinze heures trente, elles vont prendre le bus pour aller faire leurs courses, le frigo est bien sûr vide.

À l’arrêt du bus, Claudine remarque un homme louche, à l'allure bizarre.

Ci nous marchons, ce n'est pas loin, ça nous ferra du bien.

Tu as raison Marina, et puis j'ai pris deux kilos.

– La, tu me fais rire, et moi donc, tu parles de tes petits kilos, regarde moi.

– Bon, OK, tu as combien à perdre, toi, hum ?.

– Au moins dix, voilà, on y va, un, deux trois, parti.

Elles partent donc à pied. L'homme, monte dans le bus qui vient d'arriver, par la vitre, il leur tire la langue et fait des gestes obsèdes.

– Encore un déséquilibré. Dit Claudine.

 

                             Béatrice Montagnac

     



10/06/2019
8 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 61 autres membres