Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

La petite fille au roseau

      La petite fille au roseau

 

Assise sur un banc elle se souvient d'un temps,

D'une petite fille regardant l'eau d'un étang.

La fillette avait fermé les yeux un moment,

Elle tenait un roseau à la main en tremblant.

 

Elle se souvient de sa douceur, c’était troublant ;

Tel une caresse, il séchait ses larmes d'enfant.

Sa douleur au cœur dans son corps mutilé à blanc

Elle lui confiait tout, il était son confident.

 

Elle se souvient quand elle avait ouvert les yeux,

Sur l'eau trouble elle vit le visage de son bourreau ;

Le croque mitaine disait elle à ces nigauds,

Ces gens qui ne l'avaient pas comprise, non de dieu !

 

Personne n'avait entendu ses sous-entendus

Alors elle parlait à son roseau, son ami.

Elle lui disait que le diable brisait sa vie,

Que dans la maison du malheur elle était perdue.

 

Petite fille solitaire sur un banc blanc,

Chaque jour, elle rêvait de tuer le méchant.

Aujourd’hui assise là sur le même banc blanc,

Devenue femme, elle se souvient de ce sale temps.

 

De ces nuits de brouillard ou le malheur la frappait,

De son ami le roseau qu'elle avait tant aimé.

Après toutes ces années elle a trouvé la paix

Le croque-mitaine est mort noyé un soir d'été.

 

Seul un roseau connaît la vérité: elle l'a tué ;

Aujourd’hui enveloppée dans un voile de paix.

Le roseau s'en est allé heureux et soulagé,

Sa douce amie devenue femme a pansé ses plaies.

 

Elle lui a donné un dernier baiser d'adieux,

Elle se souviendra toujours de lui tel un dieux,

De leur amitié hors norme, ce lien si précieux.

 

     Béatrice Montagnac

 

 

 

 



05/02/2018
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres