Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

Souffrance

            Souffrance (prosodique)

Souffrance

À l'automne, dans la forêt, les arbres sont nus, déshabillés de leur âme verte, tombe leur robe de feuilles, sous le ciel gris. La nature en détresse, souffrance de la forêt en deuil avant l'hiver qui sonnera son glas. La main de l'homme saigne aussi son cœur, chaque jour un paysage dépeuplé de vie, les hommes abattent les arbres pour produire l’huile de palme, impropre à la santé, ainsi des tribus et des animaux meurent sans nourriture et sans leur habitat naturel, que la forêt leur offrait à chaque saison. Cette liberté leur est ainsi volée. Les multinationales s'enrichissent sans scrupules. L'argent, toujours ce pécule, oui cela à bien plus d'importance que la vie de ces peuples et des animaux sauvages. Alors oui, stops à la déforestation pour la survie de la flore, des orangs-outans et des indigène, peuple libre.

 

Souffrance

 

Ici, un banc, vide ! Quelle histoire a t'il vécu ? La solitude d'une personne qui était là, seule, une larme sur son visage ? Des souvenirs, lui faisaient mal, ou bien le deuil d'une personne chère à son cœur. Peut-être un couple d'amoureux qui s'est séparé, leur amour s'est fait la malle ? Oui, savez-vous que ce banc est une poésie de larmes et de tourments ? Triste romance gravée en lettres rouges dans son bois abîmé sous les caprices du temps au vent de chaque saison qui passe. Seul un cœur sensible peut lire sont histoire. Écrite dans le livre de la nature, ces complaintes tragiques qui ont laissé une empreinte indélébile.

 

Souffrance

 

Nous regardons le tableau de notre belle France, le bateau tangue, fait naufrage, va à la dérive sur le quai de la débandade. Tous nos espoirs, les combats de nos aînés coulés par l'adversité. Souffrance d'une France sur le fil du rasoir !

 

Souffrance

 

Nous regardons le petit écran, ces infos qui nous désinforment, vérité maquillée, de mots bien graissés. Celui qui tombe dans le piège est piégé dans une tour d’ivoire, il croit en tous ses rêves mais vivra un cauchemar prisonnier dans la toile d’araignée des fausses promesses politiques.

 

Souffrance

 

Regardez la montagne, quand soudain un volcan se réveille crachant sa lave, la rage au centre de la terre. Un jour, la terre assassinée, disparaîtra, meurtrie, dans une guerre qui n'en finit plus. Regardez la nourriture qui est jetée quand la famine grandit dans un monde devenu petit. La mort est sur la route, à chaque pas sur tous les continent elle appel les hommes dans son jardin d'éden. Les causes sont multiples, la pauvreté, les conflits, les éléments naturels déchaînés et tout cela s'enchaînent avec acharnement. Nous en sommes les éléments déclencheurs.

 

Souffrance

 

Comme des fourmis, nous sommes écrasées par les éléphants, gouverneurs, arnaqueurs au profit de la finance. Notre pauvreté notre souffrance n'a pas d'importance. Nous nous consumons et nos cendres feront l'or du grand monde mais un jour, cette souffrance sera la leur l'inévitable gâteau final, terminus de l'humanité. Des fous, des hommes imbus de leur pouvoir l'aurons décidé. De se point de vue, nous sommes des pions sur leur échiquier.

 

                          Béatrice Montagnac

 



08/06/2015
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres