Béatrice passionnément poésies

Béatrice passionnément poésies

Une larme (Sonnet élisabéthain)

         Une larme (Sonnet élisabéthain)

 

Une larme en suspend au chagrin qui s’effeuille,

Que le temps emprisonne au fer de la douleur,

Tombe en poussière d'or sur l'âme qui l’accueille

Celle de son amant emportant leur bonheur.

 

Chaque jour un sanglot auquel son cœur succombe

Oh, terrible souffrance oppressante sans fin

Qui jamais ne la quitte elle douce colombe,

La faucheuse l'appelle alors dans son couffin.

 

Elle allait chaque jour déposer une rose

En forme de cœur d'or sur la tombe vermeil,

Un amour éternel les réunit en prose,

Sur un air de bohème au cieux de leur sommeil.

 

Dans la pierre une larme en forme de sépale,

Immortelle à jamais sur un ange d'opale.

 

 

                     Béatrice Montagnac



06/11/2018
22 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres